Accueil > Points de vue > Maître d’ouvrage : "le chantier"

Maître d’ouvrage : "le chantier"

Opération terminée… et réussie

Les 26 logements sont terminés. On a lancé l’affaire en 2007, et le maître d’œuvre avait été choisi à l’avance. Les réserves seront levées en avril. La procédure a été lancée en s’appuyant sur l’article 75. Nous avons eu un contrôle de la MILOS et un contrôle de la Cour régionale des comptes : personne n’a rien trouvé à redire ni fait une quelconque observation. Il faut dire que nous étions dans des circonstances particulières, avec un projet ANRU de reconstruction – c’est-à-dire une forte commande politique. Quand le projet a été lancé, les entreprises ne répondaient pas forcément aux appels d’offres, et quand elles y répondaient, ce n’était pas conforme à nos possibilités financières. Nous avons procédé par un appel public à candidatures dans le BOAMP. Deux candidats ont répondu.

Métal ou béton, on voulait quelque chose de bien, qui se tienne, qui ait de l’allure : on a remplacé un immeuble des années 70, en entrée de quartier, par quelque chose de plus avenant ! L’équipe choisie n’est peut-être pas révolutionnaire, mais c’est astucieux, et le résultat nous convient parfaitement. On peut même faire une comparaison : un autre chantier a démarré en même temps que le chantier CQFD, et cet autre chantier est encore loin de la réception. La coordination s’est mieux passée sur le chantier CQFD, nous n’avons eu aucun souci, nous avons pu négocier avec les entreprises pour adapter le projet. C’est sans doute dû au fait d’avoir un seul mandataire.