Accueil > Points de vue > Maître d’ouvrage : "Conception-réalisation"

Maître d’ouvrage : "Conception-réalisation"

Par quel bout prendre le dossier ?

On a lancé une procédure de conception-réalisation, après avoir beaucoup hésité sur les modalités. Le bureau des marchés avait une vision stricte de la mise en concurrence et considérait que les candidats ne partaient pas à égalité : il aurait fallu que les équipes soient homogènes (architecte + industriel + entreprise).

On a adressé un courrier aux 25 lauréats, en leur demandant de se présenter en groupement. Six candidats ont répondu, cinq ont été retenus. On a mis presque un an à se décider, on ne savait pas par quel bout prendre le dossier, on attendait des retours d’autres maîtres d’ouvrage.
Nous n’avons donné que les grandes caractéristiques de l’opération : descriptif du terrain, enveloppe financière, obligation d’exclure les barres, nombre de logements : 50 ou plus, en petits plots collectifs ou en individuels, avec une performance THPE 2005, BBC autorisé. Situation dans un quartier résidentiel, à la place de deux barres démolies. Le point important pour nous est de trouver une équipe « prête à l’emploi ».

Premier dossier opérationnel…

C’est mon premier dossier opérationnel. On a adopté la procédure de conception-réalisation. Quand tout est bien calé au départ, on gagne du temps par rapport à un appel d’offres classique. Mais il ne faut pas se rater, il faut tout prévoir, ne pas oublier l’éclairage dans la rue, le matériau des canalisations. Le projet est entièrement décidé longtemps avant sa sortie. On ne savait pas dans quel cadre entrait CQFD, s’il fallait organiser un concours ou passer en marché négocié. Le service « marchés publics » était assez frileux, du coup on a organisé un concours en envoyant un courrier à toutes les équipes, en ciblant selon le procédé constructif.

Deux bâtiments sortent de terre. A priori, la procédure adoptée rend les choses plus simples, on a un seul interlocuteur. Mais il faut faire attention, car le maître d’œuvre pourrait être du côté du groupement plutôt que du côté du maître d’ouvrage. Pour ce qui est des prix, on reste dans notre enveloppe, avec des options complémentaires par rapport à la proposition de base de l’équipe. Ce qui est intéressant, c’est le partenariat tout au long du dossier. Il faut donc que ce que les équipes proposent s’affine dans la durée, qu’elles réalisent plusieurs chantiers.