Accueil > Points de vue > Maître d’ouvrage : "Les ratages instructifs"

Maître d’ouvrage : "Les ratages instructifs"

Usine à gaz

Notre première difficulté a été le peu de retours et de références des systèmes constructifs lauréats. On avait deux opérations ANRU qui pouvaient entrer dans le cadre CQFD. Huit systèmes constructifs pouvaient répondre à R+3, mais il n’y en avait plus que cinq pour du R+4. On a reporté CQFD en attendant d’avoir plus de références sur les systèmes constructifs. On a aussi besoin de plus d’éléments juridiques, pour ne pas prendre de risques.

Reporter CQFD, c’est dommage. On envisage de relancer pour de la maison individuelle ou du R + 1, mais sans délai contraint (pas ANRU), en maîtrise d’œuvre standard, avec un système de préfabrication.

On aurait besoin de deux choses : des modèles de marchés en conception-réalisation – c’est des tas de paperasses, on a l’impression que c’est une usine à gaz, on a besoin de modèles pour gagner du temps. Ce serait intéressant aussi que par exemple un ingénieur du CSTB nous apporte son éclairage, son assistance.

Une opération rocambolesque

Le chantier devrait démarrer à la mi-octobre 2009, après une série d’atermoiements rocambolesques. Le marché CQFD a été signé début 2008. Il s’agit d’un marché en conception-réalisation. L’opération est une opération ANRU avec plusieurs volets : construction de 52 logements sur l’îlot nord (parcelle vide), relogement des habitants de l’îlot sud et démolition de l’immeuble de cet îlot, reconstruction de 40 logements sur l’îlot sud, démolition de l’îlot centre rétrocédé à un promoteur privé. Une enquête sociale préalable a contraint à réviser le projet. Le permis de construire a été déposé en juin 2008, mais comme le terrain se trouve à proximité d’une tour historique, le délai de réponse passe à six mois. Il s’est avéré que le schéma d’implantation ne convenait pas à l’ABF. En janvier, le PC est refusé. S’ajoute un changement dans le parti-pris d’urbanisme, avec une demande d’orientation vers un style « village », avec petites rues, commerces de proximité, etc., à quoi s’ajoute l’exigence, par l’ABF, de masquer les bouches de VMC sur les toits, de ne pas laisser une seule canalisation apparente, d’aligner les fenêtres… Une réunion en préfecture met ensemble tous les partenaires. Un nouveau PC vient d’être déposé, le projet actuel n’a plus grand chose à voir avec le projet initial. Heureusement, le mandataire CQFD a du répondant. Permis de construire probablement en juillet, démarrage des travaux, si tout va bien, à la mi-octobre.