Accueil > Points de vue > Maître d’ouvrage : "Travailler autrement"

Maître d’ouvrage : "Travailler autrement"

Du pur bonheur !

CQFD, une fois réglés les problèmes, c’est du pur bonheur ! La préparation de l’opération, c’est un jeu de ping-pong à trois, avec une convergence dans les objectifs, ce qui crée une dynamique incroyable. Sur les opérations courantes, on n’a pas ces enrichissements réciproques. Il n’est pas vrai que chacun tire la couverture à soi : si un partenaire ne joue pas le jeu, on ne peut pas avancer. Les discussions sont musclées, mais positives.

On a eu de sérieux problèmes au départ, pour la consultation des équipes. Certaines avaient un architecte, d’autre pas : comment fait-on ? S’il n’y a pas d’architecte, il faut faire un concours de maîtrise d’œuvre, et si dans l’équipe choisie il y a déjà un architecte… c’est inextricable. Avoir des équipes homogènes, c’est indispensable, mais aussi des équipes stables.

Nous sommes dans la phase où il va falloir discuter des produits avec les industriels. On nous propose des parpaings en polystyrène dans lesquels on coule du béton : pour la thermique, c’est sûrement très bien, mais on n’a encore jamais vu. Un de nos atouts est que nous avons le soutien du maire de la ville, qui a impulsé la thématique « développement durable » sur une ligne intéressante : pas de gadgets, pas d’affichage pour l’affichage. Nous, nous étions partis plutôt sur une image architecturale, proposée à la mairie : maintenant, nous allons donc devoir choisir les produits ad hoc répondant aux deux exigences. La difficulté que l’on voit, c’est l’organisation du chantier, qui va à l’encontre des traditions : comment vont réagir les entreprises sous-traitantes, sur le chantier ? Pour nous, c’est très intéressant de voir comment l’opération va se poursuivre, car on va très loin dans la remise à plat des procédures de travail. Il est clair que c’est une manière de travailler parfaitement nouvelle. Sur chantier, on n’a plus de questions à se poser, il n’y a plus ce relationnel tendu qu’on connaît ; une fois le projet validé, les divergences opérationnelles sont limitées.